La Basilique Saint-Régis

Basilique Lalouvesc

Sa construction commença en 1865 et se termina en 1900, avec l’édification des deux flèches.

L’architecte en est Pierre Bossan qui fit aussi les plans de la basilique d’Ars et de celle de Fourvière à Lyon.

On y remarque :

  • La châsse où sont conservés les ossements de saint Régis
  • Les vitraux où sa vie est évoquée par Lucien Bégule, qui exécuta aussi les verrières du chœur de Fourvière
  • Les peintures du chœur, du peintre Décôte, où figurent les pèlerins célèbres venus à La Louvesc.

La Basilique est la troisième église de La Louvesc depuis la mort de saint Régis. La première église en forme de croix était très petite et très pauvre. Le père régis y fut enterré, sous la grande cloche du côté de l’Evangile. L’emplacement de sa sépulture primitive est situé dans la crypte actuelle, sous le clocher sud.

Une seconde église, construite de 1744 à 1754, orientée de la même manière, remplaça la première. Elle était considérablement plus grande et mieux ornée et comportait, du côté Evangile, une chapelle Saint-Régis, où étaient vénérés les restes du saint.

L’église actuelle, commencée en 1865, consacrée en 1877, est l’œuvre de Pierre Bossan, architecte des basiliques d’Ars et Fourvière à Lyon. Conçue dans un style néo-byzantin, elle est trapue comme il convient à une église de montagne : elle n’a que 11,30 m sous voûte pour une longueur de 50 m et une largeur de 20 m. Elle comporte deux clochers, dont les flèches s’élèvent à 37 m. L’extérieur, en pierres grisâtres, est simple et dépouillé. Seul un groupe sobre de Besqueut, figurant saint Régis entre deux paysans, agrémente le tympan du porche. L’intérieur fait contraste, avec son chœur aux arcades finement ciselées et dorées à la feuille et ses nefs avec leurs variétés de pierres : colonnes de marbre, soubassements et chapiteaux de pierre blanche, arceaux de voûte se détachant sous les couleurs du plafond.

Vue intérieure de la BasiliqueLe chœur restructuré en 1970 est richement décoré avec sa coupole aux grandes figures allégoriques et les peintures du pourtour, œuvres du peintre lyonnais Décote. Elles évoquent les grands pèlerins et les fidèles de La Louvesc.

L’abside, où se trouve la chapelle du Saint Sacrement, est illuminée par les couleurs orange des vitraux, dans la lumière desquelles ressort le tabernacle de cuivre et de bronze harmonieusement éclairé.

Une série de seize vitraux, du maître-verrier Lucien Bégule, nous racontent la vie de saint Régis.

De part et d’autre de la nef, deux chapelles restructurées entre 1970 et 1973 abritent l’une la châsse des reliques de saint Régis, l’autre la statue de Notre Dame de la Paix.

L’église a été érigée en « Basilique » le 20 avril 1888 par le pape Léon XIII.

 


 

Scroll Up