Missionnaire pour des siècles

« Le saint est mort ! »

Tel fut le cri qui retentit comme un glas dans les montagnes, provoquant partout une immense douleur. Aussitôt, malgré la neige et la distance, les populations s’ébranlèrent et accoururent en masse.

Tous invoquaient déjà le saint à haute voix. Chacun voulait voir encore et toucher le « saint Père ». Ses pauvres objets, soutane, chapeau, chaussures, crucifix, bréviaire… disparaissaient dans une sorte de pillage et allaient devenir autant de précieuses reliques. Vraiment la dévotion populaire pour saint Régis à La Louvesc a commencé le jour même de sa mort.

Le 2 janvier, devant 22 curés, et en la présence d’une foule inouïe en ce minuscule village perdu dans les montagnes, le corps du saint fut mis en terre dans l’église, près de l’autel.

L’hiver passé les gens de La Louvesc craignirent qu’on ne vînt leur enlever le corps du saint Père Régis. Pour empêcher cela, sous la conduite de leur curé, M. Bayle, ils abattirent un énorme châtaignier, en évidèrent le tronc et y glissèrent le précieux corps. Puis ils ensevelirent ce tronc à 12 pieds de profondeur.

Le trésor est resté.

 

* * * * * *

Saint Jean-François Régis a été canonisé le 16 juin 1737, en même temps que saint Vincent de Paul.

 

Scroll Up