Premières années de vie religieuse

Jean-François répondit généreusement.Il revêt la soutane signe du don total de sa vie au Seigneur

Ses études terminées, il sollicita et
obtint son admission dans la Compagnie de Jésus.

Il avait près de vingt ans lorsqu’il entra au noviciat de Toulouse. C’était le 8 décembre 1616, fête de l’Immaculée.

Il parle aux malades, il les nourrit, les lave...

Son noviciat terminé, il prononça ses premiers vœux le 8 décembre 1618 au collège d’Auch.

Enseignant en collège

Puis, durant douze ans, le jeune religieux suivra la filière de la longue formation par laquelle la Compagnie de Jésus fait passer ses fils.

Tour à tour élève et enseignant pendant sa formation

On le vit tour à tour étudier les lettres à Cahors, enseigner la « grammaire » (6e,
5e, et 4e) à Billom, étudier la philosophie à Tournon, enseigner de nouveau (la 3e) au Puy et à Auch, enfin étudier la théologie à Toulouse.

A l’extérieur, rien ne distinguait Régis de ses frères en religion, sinon une plus grande régularité, un profond esprit de pénitence et d’humilité, surtout un goût marqué pour les catéchismes et les exercices de zèle.

A l’intérieur, Régis de jour en jour renonçait à lui-même et montait dans l’amour de ce Jésus qui sera la vie de sa vie.

Régis confie sa vie d'étudiant et ses projets missionnaires à Marie

Pèlerinage à Notre-Dame d’Ay

Ses supérieurs avaient remarqué, avec sa vertu à toute épreuve, sa parole de feu, son zèle intrépide, tout un ensemble d’aptitudes qui dénotent le missionnaire complet. C’était un homme de très haute taille et d’une vigueur peu commune. Vif, gai, simple et attirant, il portait en lui toutes les richesses du tempérament méridional.

 

Scroll Up